L'univers du média télé
 
 
S'abonner au flux RSS
Emissions
BFM TV
BFM Politique
Présentation
Journaliste pour BFM TV, Apolline de Malherbe présente BFM Politique chaque dimanche à 18h depuis septembre 2013..

Biographie

Apolline de MalherbeUne histoire de passions

Apolline nait et grandit à Paris. Passionnée de politique, elle poursuit des études dans cette branche : Hypokhâgne, Khâgne, licence de lettres modernes, Sciences-Po, puis un DEA de sociologie a l'école doctorale de Sciences-Po. "J'ai su que je voulais devenir journaliste des l'age de 17 ans, mais j'avais envie de faire des études littéraires et politiques pour nourrir mon regard sur le monde, plutôt qu'une école de journalisme." précise-t elle. Apolline apprend le métier de journaliste en réalisant en complément, de ses études, des stages pratiques tous les étés. Son premier stage se déroule à Ouest-France, à la rédaction du Mans "Hyper formateur, je partais le matin avec ma voiture, mon carnet, mon appareil photo, et je revenais avec un article! J'ai tout de suite aimé la vie d'une rédaction." se souvient Apolline. Elle passe ensuite deux étés de suite au Figaro, d'abord au service politique lors de la campagne des municipales. Et en 2001, c'est depuis la salle de réaction du service étranger du journal qu'elle voit le second avion entrer dans le World Trade Center en direct sur CNN. "On était tous agglutinés devant la seule télé de la pièce. C'est là que j'ai compris ce que c'était que l'arrivée impromptue de "l'actu", le sentiment d'urgence qui vous envahie, l'imprévu, l'intensité." nous déclare-t elle.

L'aventure télévisuelle

Après la presse écrite, Apolline s'intéresse à la télévision. Elle fait un stage à LCI, auprès de Christophe Barbier, dans l'équipe qui préparait ses interviews politiques du matin. A ce moment, Apolline suit la section Service Public à Sciences-Po "Je voulais comprendre comment fonctionne l'Etat, la démocratie, l'économie...". Ensuite elle consacre son mémoire de DEA aux hommes politiques dans les émissions de Marc-Olivier Fogiel et Thierry Ardisson. "Passionnée de politique et de télévision, c'était un bon prétexte pour regarder la télé !". Elle s'appuie sur l'INA pour faire ses recherches "Un outil unique et formidable, qui n'existe pas de façon aussi développé dans les autres pays. Conserver tous les instants de la télévision et de la radio, c'est précieux !".

 

A la suite de son DEA, Apolline écrit un livre qui découle de ce sujet : "Politiques Cherchent Audimat, Désespèrément", publié en mars 2007 chez Albin Michel. Un livre pour lequel elle reçoit le Prix du livre politique Edgard Faure. Pourquoi les hommes politiques acceptent-ils d'aller faire les guignols dans des émissions de divertissement ? Leur complicité avec les stars est-elle un atout ? La "peopolitique" est elle l'avenir de la politique ? Tels sont les thèmes qu'Apolline aborde dans cet ouvrage, au moment où, lors de la campagne présidentielle de 2007, on voyait Ségolène Royal danser avec Jamel Debouzze sur la plateau du Grand Journal ou Nicolas Sarkozy très complice avec Johnny.

 

Après la publication de son livre Apolline rejoint le groupe NextRadioTV. Elle est d'abord produceur d'Hedwige Chevrillon, pour son émission sur BFM Radio. "C'est elle qui m'a appris le métier, sentir l'actualité, sentir les sujets qui montent, préparer une interview. Travailler auprès d'elle et l'observer a été très formateur." nous confie Apolline. Elle travaille ensuite à la creation de l'émission politique du dimanche soir La Tribune BFM Dailymotion sur BFM TV avec Olivier Mazerolle, Ruth Elkrief et Hedwige Chevrillon. "J'ai beaucoup aimé les retrouver le dimanche midi, la rédaction était presque vide, on travaillait tous les 4.". C'est grâce à cette émission qu'elle apprend à être chef d'édition, "J'étais en régie pendant toute la durée de l'émission, à lancer les sujets, gérer le temps, leur donner les instructions dans l'oreillette. c'était une formidable opportunité de connaitre l'envers du décor, les coulisses invisibles, mais absolument cruciales au bon déroulé de l'antenne." explique-t elle.

Apolline de Malherbe"L'Amérique, l 'Amérique, je veux l'avoir et je l'aurai"

A l'été 2008, une nouvelle opportunité se présente à Apolline : partir s'installer à Washington. "C'était une aventure que j'avais envie de tenter. J'ai toujours été attirée par les Etats-Unis". Ni une ni deux, poussée par l'actualité -les élections présidentielles américaines- Apolline rejoint les Etats-Unis avec pour mission de tout créée de A à Z. BFM TV n'avait alors pas de bureau à Washington, ni de correspondant permanent. "J'ai trouvé un local, monté le studio... Au début c'était assez rudimentaire, puis ça s'est étoffé. Aujourd'hui le bureau est super opérationnel. Et comme toujours, j'aime m'occuper à la fois des coulisses et de l'antenne : je suis toute seule pour tout assurer, la recherche des infos, les contacts, l'écriture de mes papiers, le passage à l'antenne, mais aussi le maquillage, le réglage de la lumière, de la caméra... je fais tout et ça me plait." déclare Apolline. Un travail qui est très responsabilisant mais aussi solitaire.

 

Depuis la fin de la campagne présidentielle et l'élection d'Obama, son arrivée à la Maison Blanche, Apolline de Malherbe couvre toute l'actualité américaine si diverse soit-elle "Une même semaine je peux couvrir le projet de loi sur le budget d'Obama, la mort de Liz Taylor, la lutte contre le terrorisme, la guerre en Afghanistan ou une condamnation à mort. Je ne m'ennuie jamais.".

 

Après 3 ans sur place Apolline continue sa carrière aux États-Unis avec toujours autant de curiosité savourant sa chance d'exercer ainsi son métier. "J'estime que j'ai beaucoup de chance d'avoir été au bon endroit au bon moment, et d'avoir trouvé des boss qui me fassent confiance. BFMTV a cette extraordinaire capacité à donner leur chance à des journalistes jeunes et motivés. J'avais 28 ans quand j'ai fait mes duplex, en direct de la Maison Blanche, pour commenter l'arrivée de Barack et Michelle Obama ! Un grand bonheur journalistique !".


Quant à un retour en France, Apolline avoue y penser "La France et surtout la vie de la rédaction commencent à me manquer."... Elle n'a par ailleurs jamais perdu de vue l'actualité française "Je me réveille chaque matin avec le podcast des matinales françaises. J'alterne France Inter, RTL et Europe1, et je ne manque jamais la revue de presque de Nicolas Canteloup!".

 

par Damien D., le 21 juin 2011.

Activité passée
BFM TV
Info
Correspondante à Washington
Canal+
La Matinale
Médias
 
Liens