L'univers du média télé
 
 
Laurie Delhostal : "Le milieu du handball est un milieu que je connais depuis toujours"
Rémi L. - 27/07/2012
Laurie Delhostal est la nouvelle présentatrice des matchs du championnat de handball au sein du Groupe Canal depuis la saison dernière. Passionnée de ce sport, elle nous parle de ce milieu qu'elle connaît bien et de son métier de journaliste.

Laurie Delhostal (par Kenlesurvivant))Laurie, commençons par notre première question traditionnelle, à savoir pouvez-vous nous décrire votre formation et votre parcours professionnel jusqu'à aujourd'hui ?

Je suis journaliste depuis 9 ans. J'ai commencé en tant que stagiaire chez Sporever (ndlr : groupe créé et dirigé par Patrick Chêne) et j'y suis restée pendant 8 ans. Au départ je voulais faire de la presse écrite, mais je me suis retrouvée à travailler sur du site internet de sport. Au fur-et-à-mesure mon rôle s'est un peu diversifié, car on collaborait avec Orange où on faisait des vidéos, des résumés de matchs de foot, de rugby, jusqu'à la création de la chaine Orange Sport. J'y ai travaillé depuis sa création jusqu'à août dernier, date à laquelle je suis entrée à Canal+.

Comment se déroule pour vous une semaine type au bureau ?

Il y a peu de semaine type. Mais en général, mon week-end se déroule le lundi et mardi. Le mercredi est consacré à la préparation du match de handball, du conducteur avec les spécialistes, le jeudi on part sur le match, et le vendredi, samedi, dimanche, je travaille pour Infosport+.

Vous êtes également présente sur infosport+ donc. Que faites-vous ?

Je travaille un peu sur tout. Par exemple ce matin (ndlr : interview réalisée le vendredi 15 juin), j'ai travaillé sur la Matinale. Mais je travaille aussi sur d'autres émissions, les Décodeurs, le Grand Forum. C'est plus du plateau et de la news.

Votre actualité c'est notamment la LNH est sur Canal+ Sport. Vous aviez déjà commenté les matchs de LNH sur Orange Sport. Comment êtes-vous arrivée dans ce milieu ?

Le milieu du handball est un milieu que je connais depuis toujours, pour y avoir joué. Quand je travaillais à Sporever, je faisais un maximum de choses sur le handball. Puis quand Orange Sport a eu les droits TV (ndlr : de 2008 à 2011), ils ont naturellement pensé à moi car je les tannais assez souvent avec ça, et ils m'ont donnée la chance de travailler et d'être dans le milieu.

Commenter des matchs ne vous manque pas ?

On me pose souvent la question, et je ne suis pas sure de savoir y répondre. Mais en tout cas, je suis très contente du rôle que j'ai. En plus à Canal nous avons de très bons commentateurs (ndlr : Frédéric Brindelle et Grégory Anquetil).

Vous avez même présenté une édition des Spécialistes Handball en mai. Vous en gardez quel souvenir ?

C'était une super expérience ! Tout ce qui touche au handball m'intéresse et entre les matchs et les Spécialistes, nous avons de bons produits sur Canal.

« Que des investisseurs s'intéressent au handball reste une bonne nouvelle »

Le championnat a montré encore une victoire des Montpelliérains sacrés pour la 14° fois de leur histoire. Comment qualifieriez-vous cette saison qui vient de s'écouler ?

On aurait aimé qu'il y ait un peu plus de suspens pour le titre. Il a été décerné à 4 journées de la fin. Mais on a vécu un super championnat entre la lutte pour la deuxième place qualificative pour la Ligue des Champions entre Saint Raphaël et Chambéry, la quatrième place qualificative pour l'Europe à la dernière journée entre Dunkerque et Nantes, la lutte pour le maintien très serré (ndlr : Nîmes et Istres sont descendus en D2). Sur toute cette deuxième partie de saison, on s'est bien régalé sachant que la première partie était déjà passionnante. Hors enjeu du titre qui s'est joué rapidement, on s'est vraiment régalé cette saison.

Laurie Delhostal (par CapsHulk)Beaucoup aimeraient voir l'arrivée de play-offs dans le championnat....

Je suis partagée... On en parle entre nous, mais aussi avec la Ligue où on a des discussions régulières car ce sont des questions qui se posent. C'est quelque chose qui fonctionne très bien en rugby avec au final une certaine logique sportive avec le titre de Toulouse, premier de la saison régulière. Mais pour moi ce n'est pas le plus important, le mieux est d'avoir un big 5 ou un big 6 qui se construit et finalement peu importe la formule. Je n'ai pas d'avis définitif sur le sujet en tout cas.

Justement l'une des informations récentes est le rachat du Paris Handball par QSI (Qatar Sport Invest) qui possède également le PSG. Une bonne nouvelle pour le championnat avec l'arrivée d'un gros investisseur ?

De toute évidence, c'est une bonne nouvelle pour le championnat. Je ne vois pas ce qu'on peut redire à ça honnêtement. C'est une bonne nouvelle car le championnat a tout bonnement besoin d'argent. Que des investisseurs s'intéressent au handball reste une bonne nouvelle en espérant que d'autres suivent. On a envie qu'il y ait un autre club qui monte, et avec une telle vitrine comme Paris. On se régale d'avance de chocs entre Paris et Montpellier par rapport à la symbolique, sans laisser de côté Chambéry, Dunkerque, Saint Raphaël ou Nantes.

Et d'un autre côté, on voit Arvor 29 champion de France féminin qui même avec le soutien du Stade Brestois connait des problèmes financiers....

Il y en a aussi dans la Pro D2 masculine. On sait qu'il y a des problèmes financiers dans le handball et ça ramène au problème essentiel des salles. Si on a le bon outil pour travailler, on peut faire venir des investisseurs. Le cas d'Arvor 29 est symbolique car Champion..... c'est évidemment malheureux.

Un moment on a même parlé d'un élargissement d'un championnat à 16 clubs, car Paris était dans la zone de relégation selon certaines mauvaises langues...

A mon sens, c'était la bonne période pour le faire. L'enjeu est de rapporter des recettes supplémentaires et passer à un championnat à 16 clubs serait une solution. On l'a vu la lutte pour le maintien était serré, personne ne méritait de descendre. Dans les quatre, cinq derniers, pas un club plus que l'autre. Prenons l'exemple de Nîmes, c'est incroyable de voir le nombre de matchs perdus de 1, 2 voire 3 buts. Ils ont été les premiers à battre Montpellier. Les 14 clubs méritaient donc de rester, et les deux promus de monter.
J'ai le sentiment qu'il y a eu un peu de frilosité. Je pense qu'il faudrait faire un peu de pédagogie auprès des décisionnaires des clubs et leur dire "ne vous inquiétez pas, ça va vous faire des recettes supplémentaires".

"On peut penser à un doublé de médailles"

Les Experts ont terminé 11° en Serbie lors de l'Euro après 4 titres consécutifs. Et les Femmes de Défis se sont brillamment qualifiées pour leur 4° JO d'affilée. On peut raisonnablement penser à un doublé à Londres ?

On peut penser à un doublé de médailles. Mais je ne sais pas si on peut penser à un doublé en or. Les garçons ont toujours la qualité sur le terrain. J'espère que rien n'a été cassé en Serbie pas au niveau de l'état d'esprit, car pour moi il n'y a pas eu de cassure, mais au niveau de la dynamique. On les a vus fébriles ce qu'on n'avait jamais vu. C'est un facteur difficile à maitriser, et je ne sais pas s'ils vont réussir à le maitriser. Qui pourrait répondre au fait qu'ils vont maitriser ce facteur mental.

Cette année le grand public a pu découvrir une querelle entre Daniel Costantini (sélectionneur double champion du monde) et Claude Onesta (sélectionneur double champion du Monde, d'Europe et champion olympique) sur les antennes du groupe Canal. Comment réagissez-vous ?

Pour moi ce n'est pas si important. C'est une querelle que je trouve même parfois amusante surtout que ça n'a pas d'influence sur le handball français. Il ne ressort pas une image négative du handball. Ce sont deux hommes qui ont beaucoup d'orgueil, qui sont deux très grands entraineurs. C'est plus une querelle d'égo. Je pense qu'il y a quand même au fond un grand respect mutuel entre eux.

Le 30 juin 2012, Orange Sport va cesser d'émettre. Quels souvenirs en gardez-vous ?

Un très bon souvenir car j'ai participé à une aventure qui était très chouette notamment sur le handball car le travail a été fait très sérieusement. Je suis triste pour ceux qui y travaillaient encore. J'en garde une image très positive.

J'ai appris que vous étiez une globetrotteuse. Y a-t-il un itinéraire ou un parcours qui vous a marqué ?

J'ai beaucoup voyagé avant car j'étais JRI (ndlr : Journaliste Reporter d'Images)...

Une de vos anciennes collègues, Vanessa Le Moigne, m'a dit que dans un de vos voyages, vous aviez perdu vos bagages notamment avant un match à Montpellier...

(Rires) C'était il y a deux saisons. J'ai fait le trophée des Champions à Monaco, dans la foulée je suis partie à Sarajevo pour couvrir le match des éliminatoires de l'Euro 2012 de foot, Bosnie-France (ndlr : victoire 2-0 de la France, buts de Benzema et Malouda). J'ai dû faire un Sarajevo-Vienne puis Vienne-Paris. Arrivée à Roissy, j'ai dû aller à Orly pour rejoindre Montpellier. Arrivée à Paris, mes bagages étaient restés à Vienne. Et comme ce jour là, j'étais habillée plutôt détendue, cool, je suis arrivée à Montpellier, je n'avais pas de vêtements pour présenter. Du coup ma chargée de production est allée m'acheter une veste pour passer à l'antenne. J'avais très bien débuté la saison. (Rires).

Que pensez-vous des caps (captures d'écran) qui sont faites sur vous ?

Pourquoi pas... J'ai l'impression que ce sont des passionnés qui font ça, des gens plutôt sympathiques et qui ne sont pas embêtants. Ça fait rire mes amis. (Sourire).

Votre sentiment à la fin de cette interview ? Ceci vous permettant d'avoir le mot de la fin et de conclure cette interview.

Comme on a beaucoup parlé de handball, j'ai envie de dire "Venez regarder du handball ! C'est un sport super chouette. La saison prochaine risque d'être encore plus excitante. Venez nous rejoindre, on est une équipe de passionnés, et si vous venez, vous serez obligés de rester après !" (Rires).

Merci Laurie !

Retrouvez Laurie Delhostal sur Infosport+, mais également le jeudi sur Canal + Sport dès 19h40 dans les Spécialistes Handball puis pour le match de LNH. Cet été lors des Jeux Olympiques de Londres sur I-Télé et Infosport+.

©TéléSphère