L'univers du média télé
 
 
Louise Ekland au cœur des J.O. de Londres
Damien D. et Nathalie L. - 25/07/2012
La pétillante Louise Ekland se rend à Londres pour couvrir les Jeux Olympiques 2012 pour France 2. Du sport, du rire et des larmes, la plus frenchie des anglaises sera, pour nous, au cœur de l'événement. Celle qui revient de Fort Boyard, nous livre ses impressions à quelques jours de l'ouverture des épreuves.

Louise Ekland ©Thomas Laisné  Louise quel va être votre rôle dans le dispositif spécial J.O. de FranceTélévisions ?

Avec Lionel Chamoulaud et toute l'équipe, nous serons en direct chaque matin dans un bus londonien. Le bus sillonera les rues de Londres. Techniquement c'est un peu compliqué. Cela n'a jamais été fait auparavant. J'interviendrai 45 minutes avant les épreuves pour présenter les résumés de la veille, le planning de la journée. Je vais me lever tous les jours à 5h du mat et serai sur le pont jusqu'à 18h30 pour mon dernier point. En plateau, les autres consultants viendront décortiquer les épreuves de la journée. On essaiera de se mettre à la place des téléspectateurs pour expliquer certains sports et leurs règles. Personnellement, je maîtrise le foot, je connais bien le hand, le basket et le tennis. Mais, je suis larguée sur de nombreux sports, comme beaucoup de monde. Avec les consultants nous ferons par exemple des démos de cours d'escrime avec des épées en mousse.
Plusieurs fois dans la journée, je reviendrai à l'antenne pour suivre les événements extra-sportifs. Par exemple si Usain Bolt gagne, ce sera le feu dans le quartier Jamaïcain. Nous nous y rendrons pour vivre l'événement avec eux. J'ai prévu de rencontrer Stella Mac Cartney qui a designé les tenues de l'équipe britanique. A Hyde Park il y aura des concerts et des écrans géants. Nous y serons pour prendre la température de l'ambiance olympique au coeur de Londres. Si l'on rencontre des bouchons de 15 km, on ira voir les gens pour les amuser, les détendre (rires).

"Je vais revenir rincée... mais heureuse !"

Les Jeux se déroulent dans votre pays natal. Comment les anglais ont-il perçu la préparation et l'organisation d'après vous ? Et vous ?

Les anglais savent très bien organiser donc on devrait s'en sortir. On a parlé de problèmes de sécurité mais ce n'est pas bien grave. Les anglais ne laissent rien au hasard. Nous avons les MI-5 et les MI-6 (rires). A la base les gens n'étaient pas très excités. Mais aujourd'hui la température monte. Ils sont fiers que ça se passe dans leur ville. Quant à moi, je vais mettre en avant la petite gueguerre entre la France et l'Angleterre... car je me sens "moit-moit". On veut des médailles, des médailles ! Pour la France comme pour l'Angleterre. Teddy Riner est la plus grande chance française. Teddy, on est avec toi ! Cela va être un superbe événement. Je vais revenir rincée... mais heureuse !

Louise Ekland © SCHOUSBOE Charlotte / FTV Samedi 21 juillet, on a pu découvrir vos exploits dans Fort Boyard. Que retirez-vous de cette expérience... Eprouvante ?

C'est une extraordinaire expérience. Je me pensais plus douillette que ça. Mais en fait ça révèle tes vraies peurs, tes vrais craintes. Tu peux avoir peur des araignées et ne jamais avoir été confrontée à 40 mygales. Je suis contente de ma performance car même si je me suis fait très mal à la cheville lors la première épreuve, j'ai été jusqu'au bout. Je suis une warrior (rires). Cette participation à Fort Boyard a été l'occasion de forger un esprit d'équipe avec les consultants des Jeux. On s'est vraiment bien entendu. Nous savions tous que nous étions là, pour une œuvre caritative. Nous avions rencontrés "les enfants de la lune". Cela motive d'échanger, de comprendre leur maladie, leurs besoins, comment les aider pour la suite... C'est concret. C'était donc encore plus fort de relever le défi. Résultat, nous avons gagné beaucoup d'argent. Le deuxième plus gros gain de la saison !

Seriez-vous prête à renouveler l'expérience ?

Ouh là ! Pas tout de suite ! Il faut vraiment être dans un bon état d'esprit, être préparé psychologiquement. On ne sait pas ce qui va nous arriver à l'avance ! On m'a dit : "Ne leur parles pas de tes peurs sinon ils vont te mettre pile dedans". J'ai dit que je n'avais peur de rien, moi ! (rires). Mais lors de l'épreuve de l’égout, je ne voyais pas les rats comme vous les voyiez à la télé, j'étais dans le noir. Là, tu sens le pipi de rat, tu penses qu'ils sont dans le tuyau avec toi et tu imagines des trucs de dingue. C'est horrible ! S'il y avait des mygales ou des scorpions sur mon corps cela aurait été hardcore, j'aurais fait une crise cardiaque.

Alors bien remise de vos émotions ?

Aujourd'hui, un mois après le tournage, j'ai toujours mal à la cheville. Je ne peux pas porter de talons. Mais je suis au taquet depuis longtemps pour les J.O.. Cheville pétée ou pas, je mettrai des chaussures plates et hop ! C'est parti !

Un petit mot pour la fin ?

Il fait tellement beau et je suis si heureuse à Paris. j'espère que ça va faire pareil à Londres. S'il pleut je serais malheureuse (rires).

 

Retrouvez Louise Ekland et tous les consultants de J.O. sur France 2 à partir du samedi 28 juillet et jusqu'au 12 août.

 

Merci Louise.

crédits photos : ©Thomas Laisné, © SCHOUSBOE Charlotte / FTV 


©TéléSphère