France Ô : une 4e saison d’Investigations pour Samira Ibrahim

Samira Ibrahim - crédit photo : Damien D. / TéléSphère;
Samira Ibrahim – crédit photo : Damien D. / TéléSphère;

Lancé fin 2011, « Investigations », le magazine d’informations de France Ô présenté par Samira Ibrahim, fait aujourd’hui partie de l’identité de la chaîne. Entre qualité et originalité des documentaires proposés, alliés au capital sympathie de la journaliste-présentatrice, l’émission a trouvé son public. Ainsi, « Investigations » rempile en septembre pour une 4e saison, celle de la maturité. 

Au milieu des années 2000, les magazines d’informations se sont multipliés sur nos écrans de télévision. L’historique « Envoyé Spécial » a fait des petits, de « 66 minutes » à « 7 à 8 », de « Cash Investigation » à « L’effet Papillon ». En 2011, France Ô a lancé le sien : « Investigations ». Depuis trois saisons, ce programme est incarné par Samira Ibrahim. Déjà, journaliste sur France Ô, elle jouit en plus d’une belle expérience sur des médias internationaux, notamment à la présentation d’une adaptation d’Envoyé Spécial en Tunisie. Son professionnalisme et son style ont su séduire les téléspectateurs, alliés à la qualité et l’originalité des sujets, ils ont porté le magazine vers une 4e saison.

« Avec Investigations, nous essayons d’avoir ce regard transversal qui partirait de nos Outre-mer pour s’ouvrir aux pays environnants. »

Face à toute la concurrence que connait le PAF en matière de magazines d’infos, « Investigations » a réussi à se différencier. Il a misé sur l’international et sur ce qui fait l’identité de France Ô : l’Outre-mer « A l’heure actuelle, sur le service public comme chez les concurrents de la TNT, nous voyons beaucoup de documentaires intéressants, mais trop centrés sur la France. Avec Investigations, nous essayons d’avoir ce regard transversal qui partirait de nos Outre-mer pour s’ouvrir aux pays environnants. » explique Béatrice Nivois, rédactrice en chef du magazine. De surcroît, le caractère international des sujets ne tient pas que dans le contenu, le regard du réalisateur y a toute sa part. « Nous nous distinguons parce que nous avons cette chance, cette liberté, de pouvoir aller dans le monde entier sur des festivals, des salons, solliciter des producteurs qui travaillent sur toute la planète et qui nous ramènent toujours des reportages et des sujets très internationaux et concernants. Nous allons chercher sur ces festivals ce que l’on pourrait trouver en France mais avec un regard extérieur car ce sont des réalisateurs étrangers qui font ces documentaires. » précise t-elle. De plus, France Ô étant une chaîne de la TNT, l’idée n’était pas d’essayer de faire comme les autres… avec moins de moyens. Ainsi, les sujets diffusés dans « Investigations » offrent un vrai dépaysement culturel. Ces reportages, achetés à l’étranger, représentent environ le tiers des sujets diffusés, soient 25 à 30 films documentaires par an. Le reste est produit par France Télévisions. Pour Samira Ibrahim, « Investigations » a trouvé sa place sur la TNT parce qu’il réunit plusieurs qualités autant dans le fond que dans la forme « Malgré de nombreux formats similaires, Investigations propose un format adapté à la TNT, avec des sujets éclectiques, avec une écriture efficace et singulière, relative à des regards et points de vues de réalisateurs jeunes, moins jeunes, des femmes et des hommes du monde entiers. Ils apportent donc un regard pluriel. »

Des reportages pas comme les autres

Politique, économie, environnement, société… « Investigations » aborde toutes les thématiques et nous ouvre une fenêtre sur des pays dont on parle peu, des situations sociales méconnues… Le magazine a ainsi pu se pencher sur le traitements des fous en Afrique, une course cycliste au Rwanda… Cette originalité est dans la fibre d’ « Investigations » comme le déclare Béatrice Nivois « On essaie aussi d’aller chercher des sujets que personne n’évoque que ce soit sur le handicap, la violence faite aux enfants, aux femmes… » Autant le dire, à l’image de la plupart des autres magazines du genre, les thématiques présentées dans « Investigations » sont parfois très dures, voire anxiogènes. Le monde dans lequel nous vivons n’est pas rose, les sujets diffusés le reflètent donc logiquement « Tous les territoires ultra-marins jouxtent des frontières alléchantes, de véritables eldorados ! Comme tous les eldorados, ils attirent toutes les convoitises. Il y a toujours des aventuriers, des bandits, des mafias… Quelques fois cela a des conséquences assez graves sur le pays en lui même. Il ne faut pas oublier que les Antilles restent la tête de pont du trafic de cocaïne. Tous les narcos d’Amérique du sud sont aux Antilles françaises. Si on n’en parlait pas on serait totalement crétins puisqu’on est les premiers bien placés pour le faire » justifie la rédactrice en chef. C’est aussi une des particularités d’« Investigations » que de s’intéresser à l’envers du décor. « Qu’y a t-il derrière la belle image ? Les gens sont curieux. Ils veulent s’informer. Les téléspectateurs sont conscients, loin de la fameuse phrase sur les cerveaux disponibles… » explique Samira Ibrahim.

Si les thématiques sont parfois rudes, elles trouvent un certain écho auprès de téléspectateurs « Nous savons qu’on peut faire évoluer le regard sur certaines choses. Par exemple, à l’issue de la diffusion de notre reportage sur la condition des fous en Afrique, des téléspectateurs s’en sont émus. Une association est allée aider le jeune homme du reportage qui a créé un hôpital pour sortir ces malheureux de leur triste sort. Des membres d’ONG, nous ont aussi fait part d’afflux de contacts pour contribuer à leur cause après diffusion d’un sujet » nous confie Béatrice Nivois. Évidemment, « Investigations » se diversifie en parlant d’environnement, de consommation…

La saison de la maturité : nouveaux sujets et pourquoi pas des immersions…

A la prochaine rentrée, « Investigations » revient pour une 4e saison, toujours présenté par Samira Ibrahim. Au programme, moins de sujets anxiogènes et toujours autant de sujets que l’on ne voit pas ailleurs. « Nous avons trouvé des films très intéressants fait aux États-Unis sur les homosexuels noirs, comment ils sont traités par leur parents… On y découvre qu’ils sont moins ouverts qu’on pourrait le croire. » dévoile la rédactrice en chef. Outre l’homosexualité, « Investigations » va nous proposer des reportages sur les peuples natifs (aborigènes, pygmées….), une série de documentaires intitulés « villes violentes » de Cayenne à Kaboul… et bien d’autres sujets.

Dans la forme, à l’image d’Elise Lucet, ou d’Harry Roselmack, Samira Ibrahim pourrait se rendre sur le terrain, en immersion, une ou deux fois par an à l’occasion de numéros spéciaux d’ « Investigations ». Pourquoi attendre la 4e saison « On voulait attendre d’installer l’émission, qu’elle ait un public, de fidéliser. France Ô est une jeune chaîne de la TNT, alors en plus du capital sympathie de Samira, il fallait attendre que la chaîne soit connue si on veut s’aligner face à des Roselmack ou Lucet. Avec trois saisons derrière nous, nous avons désormais cette maturité pour envisager d’aller sur le terrain » répond la rédactrice en chef. Une maturité et un recul qui va permettre à terme, pourquoi pas, de revenir sur certains reportages quelques années après un peu comme le propose « Envoyé Spécial, la suite ».

Avec cette 4e saison à découvrir prochainement, la qualité des sujets, l’investissement des équipes et de Samira Ibrahim, « Investigations » semble bien parti pour devenir un incontournable des magazines d’informations.

Quant à Samira Ibrahim, si le succès d’ « Investigations » la ravit, elle ne se ferme pas la porte pour d’autres projets. D’ailleurs, ces dernières années, elle a souvent été pressentie pour animer des émissions très différentes comme « Les Maternelles » -elle avait passé le casting- ou pour participer à l’émission de Sophia Aram. Nous l’avons également vu en prime-time sur France 2 aux côtés de Julien Courbet pour animer une émission sur le code de la route. « Je suis quelqu’un qui aime les défis. J’aime varier les plaisirs. France Ô fait partie du groupe France Télévisions, le service public compte pour moi et j’aimerais pouvoir présenter des émissions plus grand public » nous a t-elle confié. Alors pourquoi pas voir un jour Samira Ibrahim remplacer Anne-Sophie Lapix le temps d’une semaine dans C à vous comme l’ont fait Julia Vignali ou Maya Lauqué ? Ce serait une belle surprise… D’ici là, elle qui aime les défis, on la retrouve très bientôt dans Fort Boyard…

Retrouvez « Investigations », chaque mercredi à 20h45 sur France Ô.

par Damien D. et Nathalie L.

En savoir plus

[fa]eye[/fa]Voir aussi

A lire aussi

Investigations enquête sur les chemins du terrorisme

Samira Ibrahim & Bernard de la Villardière animateurs du gala de l’AMREF à Monaco [photos]

Samira Ibrahim sur le front associatif avec l’AMREF et la Flamme Marie-Claire

Dernières news

France24 : nouvelle formule pour « Élément Terre »

Audrey Chauveau part à l’assaut du désert au Rallye Aïcha des Gazelles

Linda Labidi : « Les TPE représentent plus de 90% de notre écosystème entrepreneurial »

Vivez la Paris Fashion Week avec Audrey Chauveau sur June TV

Lauriers 2015 de la radio et de la télévision : Yves Calvi et Anne-Sophie Lapix récompensés