Grève très suivie à France Média Monde

La rédaction de France 24 désertée

Depuis 00h01, ce jeudi 15 juin, France 24 ne diffuse plus aucun journal et programme en direct. La cause ? Le succès de l'appel à la grève lancé par la CFTC de France Média Monde pour de multiples raisons dont la non application des accords d'entreprise du 31 décembre 2015 à tous es salariés. Le mouvement va durer jusqu'à 23h59 mais pourrait aussi se poursuivre...

Ce jeudi, journalistes et techniciens de France 24 ont cessé massivement le travail, obligeant la chaine à boucler sur des rediffusions. Le mouvement est très suivi sur les antennes francophone et même anglophone, fait plutôt surprenant car « Ce n'est pas dans leur culture de cesser le travail ainsi » nous a t on précisé. Alors qu'est ce qui a poussé même des anglo-saxons à faire grève ? En fait les raisons sont multiples et anciennes. D'après le préavis de grève de la CFTC-FMM, les accords d'entreprises signés à l'issue de la fusion entre France 24 et RFI en décembre 2015 ne sont toujours pas appliquée à tous les salariés du groupe. Rajoutons aussi des problématiques liées aux jours fériés qui ne sont plus récupérés et des renégociations de contrats qui ne voient jamais le jour...

A cela s'ajoute un élément plus technique : « La mise en place absolument désastreuse d’Open Media, le nouvel outil de travail des équipes rédactionnelles de France 24 » explique le communiqué. Ce logiciel ne semble pas adapté et a même récemment provoqué un problème technique avec l'interruption des JT durant quelques heures vendredi dernier « Quatre des serveurs ont plantés en même temps à cause de ce logiciel ! » nous a t-on confié. La direction a cependant promis de revenir à l'ancien logiciel  iNews.

Tous ces éléments cumulés, plus l'élection présidentielle, toujours occasion de chaises musicales à la direction du groupe, ont conduit à cette forte mobilisation des salariés de France 24, soutenus par leurs confrères de RFI. Dans son dernier communiqué, la CFTC-FMM n'exclut pas de reconduire le mouvement.

 

par Damien D.