Logo France 24

Nahida Nakad : « Pour la première fois, la France dispose d’une communication puissante en arabe »

Depuis le mardi 12 octobre, le canal arabophone de France24 diffuse en continu 24h/24. La chaine française d'informations internationales relève le défi face à la BBC, Al-Jazeera... Nahida Nakad, Directrice de la rédaction arabophone de France24, nous présente les enjeux de la chaîne un mois après le passage en diffusion 24h/24.

Le 12 octobre dernier, le canal arabophone de France24 est passé de 14 heures de diffusion quotidienne à 24h/24. Quels ont été les moyens mis en œuvre pour réussir ce pari ?

Depuis 2006, France24 est diffusée en trois langues, nous disposions déjà de tous les supports d'une chaîne de télévision. Afin d'élargir notre diffusion, des moyens ont été mis en place pour que nous puissions recruter le personnel adéquat, notamment au niveau rédactionnel. Au-delà de la maitrise de la langue arabe, nos journalistes devaient aussi connaître la France, l'Europe, la déontologie journalistique française, s'intéresser à ce qui se passe en Occident mais aussi bien connaître le monde arabe. Je suis très contente du recrutement que nous avons effectué. Nous avons crée de nouvelles émissions comme Les voix du net  (lire l'interview de Tatiana El Khoury), Daif wa hadath (émission politique) et continuons les émissions existantes, comme, le Club de la presse. Nous prévoyons de produire beaucoup de reportages, ce qui créé la différence et nous permet de ne pas nous éloigner de nos téléspectateurs même en étant à Paris.

France24 en langue arabe est-elle donc une chaîne à part entière ?

Ce n'est pas une chaîne à part entière, c'est une langue supplémentaire avec ses spécificités et sa valeur ajoutée. Pour les chaînes francophone et anglophone, les téléspectateurs se ressemblent beaucoup, ce sont généralement des occidentaux avec des sensibilités très occidentales. La chaîne arabophone est particulière. Le public est très intéressé par ce qui se passe dans sa région couvert par une chaine indépendante, c'est la première fois qu'une chaîne française parle arabe ! Il y a pourtant depuis longtemps en France une tradition de la radio en langue arabe avec Monte Carlo Doualiya (qui fait désormais partie du même groupe que France24), mais cela n'existait pas en télévision. Et c'est une première, nous avons aujourd'hui sur nos écrans 24h/24 de l'information en langue arabe faite à la française. C'est à dire de l'info libre, indépendante, claire et qui n'a aucun projet politique. Beaucoup de chaînes arabes dépendent d'un Etat et de sa politique, ce n'est bien évidemment pas le cas de France24, qui comme les autres chaînes publiques françaises telles France2 et France3, est souvent plus critique du gouvernement que ne le sont les chaînes privées.

« Aujourd'hui pour la première fois la France va disposer d'une communication puissante en arabe à la fois en télévision et en radio, et ça cet un événement ! »

L'information à la française signifie pour nous, des enquêtes, un travail de terrain, c'est également, donner de l'importance aux contenus sans oublier la forme, la beauté des images, les cadrages, l'esthétique. En somme, prêter attention au message que fait passer l'image.

Nous allons travailler sur l'information européenne, car ces sujets intéressent le monde arabe et ne sont pas développés ailleurs. Aujourd'hui et pour la première fois la France dispose d'une communication puissante en arabe à la fois en télévision et en radio, et ça c'est un événement!

Pour défendre la « voix de la France » ?

Il ne s'agit pas de défendre la « voix de la France », c'est pour que la France existe dans le monde arabe. La France dispose d'une bonne image qui remonte au gaullisme, à la proximité historique et géographique avec certains pays arabes, non seulement au Maghreb, mais également dans le Moyen-Orient. La France garde l'image d'un pays qui a toujours eu une politique équilibrée par rapport au conflit israelo-palestinien. Il y a une attente dans le monde arabe, de savoir ce qu'est la France. Et c'est une façon que nous avons, nous, d'aller vers les arabes. Les États-Unis ont pris tellement d'importance dans la politique internationale que la France a été mise de côté. On va parler de la France, sans en être la « voix » ou le « porte parole », de dire ce qui se passe en France tout en critiquant, en montrant les réalités telles qu'elles sont. Quand on regarde Al-Jazeera, on a l'impression que les musulmans en France n'ont pas le droit de prier. Il s'agit de rectifier ce que d'autres essaient de propager concernant la France, en évitant de faire de la propagande. Pour que la France existe, il faut qu'il y ait une communication française ! On a beaucoup perdu dans le monde arabe. On va dans la mesure du possible et à notre niveau aider la France à regagner une place en tant que pays et peuple dans le monde arabe.

La diversité des journalistes de la rédactions en est un bel atout ?

La rédaction du canal arabophone de France24 est l'une des très rares rédactions où se côtoient toutes les origines : des soudanais, des maghrébins, des palestiniens, des libanais, des syriens, des irakiens... C'est une vraie richesse. Et contrairement à beaucoup de télévisons arabes, nous ne cherchons pas à unifier les accents. Notre souci majeur est la qualité de la langue. La diversité des accents nous donne une identité représentative des arabes de France. Nous sommes à l'image de la France.

« Nous ne sommes pas uniquement destinés au monde arabe mais aussi aux arabophones de France.»

Comment cela se décline-t-il à l'antenne ?

Par des reportages sur cette communauté, nous nous intéressons aux communautés d'origines arabes et aux arabes de France. L'année dernière, nous avons fait beaucoup de sujets sur le ramadan, par exemple et la manière dont il est suivi en France. Nous avons réalisé des reportages très originaux, un sujet sur le speed-dating ramadan par exemple : les jeunes hommes faisaient le jeûne et le soir ils allaient draguer les filles en 10 minutes ! Cela fait partie des particularités des musulmans de France pour qui, le Ramadan certes religieux, mais surtout culturel. Nous allons donc essayer de faire connaître cette communauté aux autres arabes. Comment vivent-ils ? Quels sont leurs soucis ? C'est une place importante qui est faite aux arabes de France, eux qui n'ont pas forcément leurs voix dans les médias français en général. Mais même si nous somme issus du monde arabe, nous sommes avant toute autre considération, des journalistes. Et ce qu'on apprend en France, c'est qu'indépendamment de ses origines il faut garder ses distances. Il faut rester crédible. Notre rôle est aussi de donner à cette communauté arabe de France, qui voudrait préserver sa langue, sa culture, une télévision qui lui ressemble et qui respecte ses valeurs et ses principes. Nous ne sommes pas uniquement destinés au monde arabe mais aussi aux arabophones de France. Nous sommes leur télévision et leur image.

Un grand merci Nahida Nakad pour cet entretien.

 

par Damien D.