Portrait de Kady Adoum-Douass - Crédit photo : © Jean-Philippe Baltel

Kady Adoum-Douass

Portrait de Kady Adoum-Douass / Crédit photo : © Jean-Philippe Baltel

Emissions

  •  Arte Journal, du lundi au vendredi à 19h45 sur Arte
BiographieActus & InterviewsRevue de web

Kady Adoum-Douass, la positive attitude au service de l'info

Kady Adoum-Douass est actuellement journaliste sur Arte. Elle présente Arte Journal depuis le 19 janvier 2015.

Fille des ondes entre la Picardie et Paris

De père tchadien et de mère martiniquaise, Kady Adoum-Douass est née à Amiens et a grandi en Picardie. Passionnée par le théâtre comme par le journalisme, Kady monte à Paris pour y suivre ses études. Bac en poche, entre le conservatoire et le journalisme elle doit choisir. Elle intègre une école de journalisme. « Je trouvais le travail des journalistes passionnant. C'était pour moi un métier qui permettait de s'enrichir au contact des autres, d'apprendre en permanence. » nous a t-elle déclaré. Sortie de l'école Kady débute sa carrière en radio, et ce n'est peut être pas un hasard « La radio, m'a bercée. Mon père est un passionné d'info et il écoute tout. RFI, Europe 1, RTL. A la concentration qui l'habitait dans ces moments là je comprenais l'importance de ce média. » confie t-elle. La toute jeune journaliste a fait ses premières armes à France Culture dans l'émission Profession Spectateur de Lucien Attoun. « Il a été le premier à me donner ma chance. » Par la suite, Kady a travaillé pour différentes boites de productions Réservoir Prod, Be Happy Prod, etc « Mais je n'y étais pas heureuse, la radio me manquait. » S'en suit une période de chômage de plus de deux ans, avant qu'elle ne revienne sur orbite grâce à Radio Galaxie « J'ai tout recommencé à zéro de retour chez mes parents, en Picardie, sur une radio locale : Radio Galaxie. » nous a expliqué Kady. La radio, le média de ses débuts, le média qui lui manquait. La radio, le média qui l'a relancé. Kady est restée deux ans chez Radio Galaxie, avant de retenter sa chance à la capitale.

Un nouveau départ : de la radio à la télévision

De retour à Paris Kady a rejoint la radio Sport & Mix avant que Chérie FM ne la contacte. Six mois plus tard, elle a intégré Europe1. « Une aventure professionnelle fabuleuse qui a duré 3-4 ans. J'y ai appris énormément, notamment grâce à Emmanuel Faux et Fabien Namias. » précise Kady. Puis, contactée par i>TELE et France 24, la jeune femme fait ses premiers pas en télévision « J'ai toujours pensé que ma vie était à la radio. (...) Je ne pouvais pas passer à côté des propositions qu'on me faisait d'autant que quand il s'agit d'I>TELE et France 24, ça ne se refuse pas. ». Elle a ainsi présenté les JT sports, puis les JT d'infos sur France 24 et les JT sur i>TELE. En 2012, Kady a rejoint l'équipe de La Matinale de Canal pour y présenter les infos. « La Matinale c'était d'abord une véritable ambiance d'équipe, de copains qui se retrouvent le matin pour proposer une émission qui allie la compétence et la bonne humeur. Surtout, j'ai beaucoup appris au contact de personnes telles qu'Ariane Massenet  » nous a t-elle déclaré. La Matinale s'étant arrêtée, Kady poursuit son travail à la rédaction de Canal + et présente tous les vendredis soirs le JT de la chaine, ainsi que lors de remplacements des habituels titulaires « Ce JT est un JT qui se veut à l'image de ce que véhicule la chaîne. C'est à dire, compétent mais impertinent sur l'info et toujours au rendez-vous sur le sport et le cinéma ».  Et l'on peut dire que la liberté de ton de ce JT convient tout à fait à la personnalité de Kady. On apprécie ainsi son style positif qui apporte un peu de fraicheur et d'originalité dans la conduite d'un JT « J'essaie de rester objective et lucide, mais aussi de chercher toujours la note d'espoir ou d'humour dans ce tourbillon d'informations. »

Les téléspectateurs ne sont pas les seuls à bénéficier de la positivité de Kady. En effet, la jeune femme s'est engagée auprès de l'association Eva pour la vie qui aide les enfants victimes de cancers. « Savoir qu'aussi peu de moyens financiers sont alloués à la recherche sur ces pathologies m'a poussée à les rejoindre dans ce combat. A peine 2% des fonds dédiés à la recherche sur le cancer sont consacrés aux cancers pédiatriques, c'est dérisoire. Un à deux enfants meurent chaque jour faute de traitements. 500 par an... Il y a une réelle urgence. Quand on sait comment changer les choses, on ne peut pas faire l'autruche c'est impensable. » nous a t-elle confié. Kady semble avoir trouvé dans cette cause une nouvelle voie où sa positivité ne sera qu'appréciée.

A suivre...

par Damien D., le 21 mars 2014.